Les différentes formes de myopie

Plusieurs catégories de myopie existent. Son dépistage précis permet une meilleure prise en charge auprès de votre opticien ou de votre médecin spécialiste de la vue.

  • La myopie simple

C’est le type de myopie le plus fréquent. L’œil du patient présentant cette forme de myopie est trop long. Cela entraîne une convergence des rayons en avant du plan rétinien. Cette catégorie de myopie est souvent dépistée tôt, dès l’enfance, et évolue peu une fois arrivée à l’âge adulte.

  • La myopie nocturne

Elle est uniquement provoquée par une diminution de la lumière environnante.
Cette myopie nocturne explique la raison pour laquelle certaines personnes qui n’ont pas d’amétropie le jour, ont néanmoins besoin de lunettes pour conduire la nuit.

  • La myopie dégénérative

Il s’agit d’une forme de myopie tout à fait particulière, appartenant à la fois aux troubles de la réfraction et aux pathologies oculaires.
C’est une myopie due à une dégénérescence d’une couche constitutive de la rétine appelée choroïde. Elle nécessite un suivi très régulier en ophtalmologie. D’un point de vue réfractif, elle se caractérise par une myopie forte (généralement supérieure à 8 dioptries), qui tend à augmenter rapidement pendant l’adolescence et dont l’évolution persiste à l’âge adulte.
Généralement, l’acuité visuelle est plafonnée et n’est pas compensée malgré une correction optimale par des lunettes. La myopie persiste faiblement et la vision reste floue.

  • La pseudo-myopie

Il s’agit d’une myopie due à un spasme accommodatif. C’est-à-dire que la myopie n’est pas dû à un œil plus long mais à l’effort musculaire d’accommodation. Cet effort d’accommodation est généralement induit par un travail long et stressant réalisé de près, pendant un long moment, sans respecter les règles de l’ergonomie visuelle.
C’est par exemple ce que l’on pourrait observer chez un jeune consommateur passionné de jeux vidéo, qui resterait pendant de longues heures devant son écran informatique la nuit, dans le noir et sans réaliser de pauses visuelles. Dans ce cas, l’accommodation mise en jeu pour réaliser la mise au point pendant longtemps sur son écran ne se relâche pas, mimant les signes d’une myopie.
Cette pseudo-myopie persiste plus ou moins longtemps après l’arrêt de l’effort d’accommodation soutenu.

  • La myopie spastique

Cette forme de myopie est temporaire, elle survient à cause de spasmes qui bloquent parfois pendant plusieurs heures le phénomène d’accommodation.

Comment corriger la myopie ?

Si je suis myope que puis-je faire ? Une myopie mal corrigée peut-elle s’aggraver? Faut-il me faire suivre régulièrement ? Quel matériel acheter ?

Les deux manières de corriger la myopie

Selon sa forme, la myopie peut être corrigée avec pour objectif de faire converger les rayons lumineux qui entrent dans l’œil vers la rétine avec :

  • des verres correcteurs : ce sont des verres de lunettes concaves dont les bords sont souvent épais
  • des lentilles de contact : également efficaces contre la myopie avec l’avantage d’offrir un champ visuel plus naturel

Les deux manières de guérir la myopie

  • L’opération de la myopie : il s’agit de la chirurgie oculaire, dite réfractive, généralement réalisée au laser, mais pas sans risque.
  • L’orthokératologie qui sous un nom complexe est une technique simple : porter pendant la nuit des lentilles rigides pour rendre à votre œil une forme lui permettant de voir net

Source : https://www.opticiensparconviction.fr/la-myopie

La myopie

La myopie est un problème de vue très fréquent qui se caractérise par une vision de loin floue et nette de près.

Lire la suite