Les troubles de la réfraction

La réfraction est un phénomène physique qui correspond au changement de direction d’une onde. Dans le cadre de la réfraction oculaire, il s’agit spécifiquement de la réorientation de la lumière lorsqu’elle traverse la cornée et le cristallin, définis comme les surfaces de réfraction de l’œil.

Qu’est-ce qu’un trouble de la réfraction ?

Un trouble de la réfraction est une anomalie oculaire très fréquente. Il se traduit par un manque de netteté des images, une vision brouillée, une faible acuité visuelle. Dans certains cas, un trouble de la réfraction peut aboutir à de graves déficiences visuelles.

Œil emmétrope et vision nette

Rappelons que sans trouble de la réfraction, un œil est qualifié d’emmétrope. Cela indique qu’il est « optiquement normal ». Dans ce cas, les ondes lumineuses sont réfractées par la cornée et le cristallin puis convergent sur la rétine pour former une image nette.

Œil amétrope et vision floue

Un œil est dit amétrope lorsqu’il présente un trouble de la réfraction. Dans ce cas, les ondes lumineuses qui parviennent à la rétine ne lui permettent pas d’obtenir une netteté d’image convenable. Le phénomène d’accommodation ne se fait pas correctement. On voit donc flou.

Vices de réfraction : les causes d’une mauvaise vue

Un problème de vue peut être causé par un trouble de la réfraction. Les anomalies de réfraction ne sont pas des maladies. Dans la majorité des cas, ce sont les conséquences de défauts anatomiques de l’œil. On parle d’œil trop long, ou d’œil trop court dans les cas d’anomalies axiles. Il s’agit d’une distance entre le devant et le fond de l’œil qui ne permet pas à la rétine d’effectuer une accommodation satisfaisante.

Les formes de la cornée ou du cristallin peuvent aussi être à l’origine d’un vice de réfraction. On parle alors d’anomalies d’indice de réfraction.

Quels sont les principaux troubles de la réfaction ?

On distingue quatre principaux troubles de la réfraction, bien qu’il y ait débat quant à la place de la presbytie parmi les troubles réfractifs.

La presbytie, une mauvaise vue de près due à l‘âge

Ce trouble visuel correspond au vieillissement naturel du cristallin qui perd progressivement son pouvoir d’accommodation. Il en résulte une mauvaise vue de près.

L’hypermétropie, une vision floue de près

Les personnes souffrant d’hypermétropie voient mal les objets à faible distance. Leur environnement proche est flou alors que celui éloigné est net.

  • Dans la plupart des cas, il s’agit d’une hypermétropie axile. Conséquence d’un œil trop court, la distance entre la cornée et le fond de l’œil est trop petite pour concentrer la lumière des objets proches.
  • L’hypermétropie de puissance est due à une cornée ou un cristallin trop plat, les rendant trop faibles pour réfracter la lumière correctement.

La myopie, une vision floue de loin

Dans tous les cas de myopie, la lumière permettant de voir les objets éloignés ne parvient pas à la rétine, leurs images sont donc floues.

  • La myopie peut être axile, elle est alors provoquée par un œil trop long. La distance axiale entre la rétine et la cornée est trop longue.
  • La myopie peut aussi être une myopie d’indice, conséquence d’une courbure anormale de la cornée ou du cristallin qui les rend trop puissants.

L’astigmatisme, une vue déformée

L’astigmatisme est une déficience visuelle provoquée par une malformation de la cornée ou du cristallin. Au lieu d’être rondes, ces surfaces de réfraction sont ovales, en forme de ballon de rugby. Cela crée deux foyers de convergence ne permettant pas à la rétine une bonne capacité d’accommodation. La vue des astigmates est floue quelle que soit la distance des objets perçus, et elle ne permet pas de distinguer des symboles de formes proche, comme le 0 et le 8 ou le N et M…

Ai-je un défaut de réfraction ?

Un simple examen de la vue auprès d’un opticien ou d’un optométriste permet de contrôler l’acuité visuelle et de déterminer la présence d’une déficience de la vue. Une consultation chez un ophtalmologue permet de prescrire les moyens de correction adaptés.

Comment corriger un trouble de la réfraction ?

Un trouble de la réfraction est un défaut de la vision très commun, et bien connu des professionnels de la santé visuelle.

Lunettes, lentilles de contact et chirurgie réfractive

De nombreuses options de correction existent ! L’âge, les conditions de vie, les activités sportives, la recherche de confort ou d’esthétique seront des facteurs qui dirigeront le choix d’une correction visuelle adéquate.

  1. Les lunettes : moyen de correction de la vue le plus répandu, les lunettes aujourd’hui se déclinent en fonction des modes et des avancées technologiques.
  2. Les lentilles de contact : présentes à divers niveaux dans la correction voire la guérison des troubles visuelles, les lentilles de contact offrent de plus en plus de confort et d’espoir aux porteurs de déficience visuelle.

La chirurgie réfractive

Ayant pour objectif de guérir définitivement certains troubles de la réfraction, les opérations ophtalmiques permettent de se passer de toute correction optique (lunettes ou lentilles). De nombreuses techniques chirurgicales au laser offrent des guérisons ou des améliorations de l’acuité visuelle tout à fait remarquables. Les myopes et presbytes peuvent depuis plusieurs années profiter de ces traitements chirurgicaux qui n’ont de cesse de se perfectionner.

Malgré leur nature inévitable, les troubles de la réfraction ne sont plus une fatalité. Les progrès en matière de correction optique et de chirurgie permettent de ne plus avoir à supporter une mauvaise vue tout le long de sa vie. Néanmoins plus tôt est diagnostiqué un trouble de réfraction plus les moyens de correction sont faciles à mettre en place, et les risques de complications, comme une amblyopie, sont amoindris.

Source : https://www.opticiensparconviction.fr/les-troubles-de-refraction

La myopie

La myopie est un problème de vue très fréquent qui se caractérise par une vision de loin floue et nette de près.

Lire la suite